Plusieurs territoires

Victoire Magloire, dit Waro - Le parcours d'un poilu réunionnais durant la Grande Guerre

Culture

LES OBJECTIFSNous souhaitons présenter la pièce dans l'hexagone et en Martinique en 2018. A ce jour, 23 représentations sont envisagées, réparties en deux tournées distinctes, mais la réalisation de ce projet passe par une consolidation budgétaire.Notre objectif est donc, non seulement de mettre en lumière l'histoire régionale, trop souvent cachée sous l'histoire nationale, mais aussi de témoigner, du moins nous l'espérons, de la vivacité de la création théâtrale réunionnaise.LE RESUMEA quoi tient un destin ? Du haut de son Brûlé natal, Victoire Magloire, petit agriculteur réunionnais, ne voit le sien qu’avec la main de Rolande. Mais les parents de la belle refusent de l’accorder à un agriculteur illettré comme lui.Déterminé à y remédier coûte que coûte, Victoire descend à la grande ville de Saint-Denis de La Réunion pour infléchir le cours de son histoire.Et c’est la Grande Histoire qui le happera : nous sommes en août 1914, la première guerre mondiale a commencé à rugir, et la France recrute jusqu’en ses lointaines colonies. Par un échange d’identités, Victoire Magloire devient Ernest Waro, et embarque vers son grand parcours initiatique, dans lequel sa candeur ne sera pas la moindre de ses armes.LA GENESEC’est en 2014, après un an de travaux de recherche et de documentation, que la Konpani Ibao demande à Sully Andoche et Barbara Robert (auteurs réunionnais) une pièce sur les poilus de La Réunion. Ils réussiront le pari de la commande et mêleront avec bonheur fable et histoire, soldat inconnu et amour de la patrie, dans ce « Victoire Magloire, dit Waro » plus grand que nature, où pour notre plus grand plaisir, nous en apprenons de belles et de moins belles...De l‘intime à l’universel, dans un théâtre populaire et exigeant, la pièce dessine une fresque sociale et historique, richement documentée, qui fait la part belle à l’humilité et à l’émotion : qui parle à chacun en questionnant la communauté, faisant de « Victoire Magloire, dit Waro » une pièce « drôlement » vivante.