Plusieurs territoires

Rénov Futé - Réhabilitation défiscalisation sociale et solidaire et habitat partagé

Lien social

Slogan

Renov' Futé ou quand la défiscalisation devient outil des politiques publiques en matière d'habitat social

Il s’agit de mettre en œuvre dans le cadre de la réhabilitation de certains logements bénéficiaires du dispositif NOV ACCES et pourquoi pas de l’AAH des aménagements et une organisation sociale.De sorte que ces logements souvent très grands et occupés par une, voire deux personnes âgées puissent au surplus accueillir une autre personne âgée, un aidant formé à l’accompagnement ou un jeune.Cela permettrait de maintenir la personne à domicile dans des conditions optimisées de créer et recréer du lien social et y compris un emploi pour l’aidant.Contribuer au financement via des fonds investisseurs (type loi Girardin Social) d’opérations de réhabilitation de grandes maisons sous-occupées, pour des propriétaires occupant  à faibles revenus. Étendre l’offre de logement à faible coût pour des personnes ou des familles démunies en favorisant ainsi à la fois les relations intergénérationnelles et la création des ilots de vie pour personnes âgées. Rénov’ Futé concerne les grandes maisons nécessitant d’importants travaux de rénovation, occupées par 1 ou 2 personnes propriétaires occupant à faibles revenus (base : revenu fiscal de référence). Véritable outil de cohésion sociale, ce type de projet vise au partage d’une maison adaptée aux besoins des occupants et pouvant accueillir de 2 à 6 personnes selon le choix du propriétaire. Le logement comprend des espaces individuels et collectifs (cuisine, salon, sanitaires, jardin). C’est aussi le partage au quotidien pour rompre la solitude, l’isolement, et partager si possible les repas, des loisirs, des activités. L’Habitat partagé est aussi économique car les habitants se répartissent certains frais tels que l’eau, l’électricité le loyer. Les habitants peuvent y recevoir leur familles et amis, meubler les espaces qui leur sont dédiés à leur convenance et sont autonomes dans leur déplacements.  La population de la Martinique est vieillissante, des jeunes (étudiant, ménages, travailleurs) pauvres sont à la recherche d’un lieu de vie, les demandes de logements situés dans les zones d’activités sont rares, de nombreuses maisons sont en situation d’indivision ; l’habitat partagé peut être une solution facilitatrice pour accompagner les personnes âgées dans le vieillissement d’une part et d’autre part, contribuer au parcours résidentiel des jeunes générations. Le seuil de pauvreté à la Martinique étant inférieur à celui de la métropole malgré une vie plus chère, l’habitat partagé permettra aux propriétaires occupant de bénéficier un complément de revenu.   Pour mémoire, 90% des ménages de 80 ans et plus sont propriétaires de logement et 93 % vivent dans une maison individuelle. En s’appuyant sur la défiscalisation sociale et solidaire afin de financer ce type de dispositif, permettra de faire face au faible niveau de pension des personnes âgées qui rend difficile l’accès aux aides publiques et aux prêts bancaires. Les demandeurs concernés sont identifiés par les opérateurs sociaux agréés, spécialisés dans le montage de dossier de réhabilitation à caractère social.  Quand les critères d’éligibilité sont remplis, et que, conformément au projet de loi annexé,  il devient possible de mobiliser des fonds investisseurs, Soliha prend le relais et sélectionne les demandeurs de logement correspondant au profil recherché (selon le foyer).  Après avoir mis en place les modalités nécessaires au bien vivre ensemble, la CAF est alors intégrée au dispositif en qualité de référent ménage et assurera le suivi des locataires pour ainsi garantir la qualité des relations. Objectif : produire  10 logements en 2018.