Plusieurs territoires

Projet de valorisation des algues sargasses en matériau pour la construction, l'ameublement, l'isolation et l'emballage

Environnement

Le recyclage des algues sargasses sont un problème dans toute la Caraïbe. La difficulté de sa valorisation vient principalement de l'échouage irrégulier de ces algues et de la contenance de certains polluants comme les métaux lourds (utilisation pour l'agriculture est compliquée). Les panneaux de fibres (MDF), les panneaux de particules, les panneaux de lamelles minces (OSB) et de bois agglomérés actuels utilisent du bois recyclé et  également des bois provenant de la sylviculture. Ce sont des produits bons marchés et qui sont très utilisés pour différentes applications (mobilier, plancher, toiture, isolation, etc.). Dans le cadre de la préservation des forêts et une utilisation durable des ressources en bois, il faut arrêter la déforestation et réduire sur l’utilisation de bois de forêt. Ces panneaux sont composés de bois broyés en différentes tailles (selon l’application) et de résine thermodurcissable (moins de 5%) qui sont mélangés et  pressés à chaud. Le cout des copeaux de bois est de l’ordre de 30 à 150 euros la tonne selon sa qualité et son cours. L’utilisation des sargasses pour produire des matériaux pour la construction, l'emballage et l'isolation est une solution durable pour réduire l’utilisation du bois. Les algues sargasses séchées sont très dures et se décomposent très lentement. L’algue sargasse se présente sous la forme d’une tige sur laquelle on retrouve des feuilles et des « billes » remplies d’air qui permet le maintien de l’algue en surface. Les algues sont riches en fibre et en composés gélatineux comme agar, alginate, carraghénane qui peuvent être utilisés comme de la colle ou un liant ce qui pourrait, dans l’avenir, diminuer l’utilisation de colle chimique (et ainsi diminuer l’émanation de gaz cancérigène (aldéhydes) des panneaux MDF par exemple). Les « billes » des sargasses sont remplies d’air ce qui donneraient aux panneaux des propriétés d’isolant thermique et phonique. On pourrait également utiliser les sargasses broyées pour réaliser des panneaux composite (comme le fait la société Wex avec du bois) en mélangeant de la poudre d’algues, de bois et de la résine plastique obtenue à partir des algues sargasses (société Algopack). L’algue n’étant pas attaquée à ma connaissance par les termites, les panneaux d’algues pourraient être une alternative intéressante en milieu tropical.En Guadeloupe et en Martinique, il n’existe pas d’entreprises qui fabriquent des panneaux de bois. Les panneaux qui sont vendus en Guadeloupe proviennent uniquement de l’importation. En 2013, la Guadeloupe a importé 112 000 m3 de panneaux à base de bois et 130 000 m3 en 2014 (dont respectivement 56000 m3 et 72000 m3 provenant de la France) En France, l’industrie des panneaux de bois se portent bien et produit environ 5,5 millions de m3  de panneaux par an.Cette industrie est parfois confrontée à un manque de matières premières en bois. Ainsi, on pourrait utiliser les algues sargasses qui s’échouent sur les plages dans la fabrication des panneaux de  particules. Ces panneaux rentreraient parfaitement dans le cadre de construction d’habitations écologiques qui est en plein essor actuellement. Ces panneaux bon marché pourrait être également utilisés pour la protection des habitations pendant un épisode cyclonique.Le projet est donc une étude pour obtenir un panneau de particules à base d’algues Sargasses, de bois recyclés et de résine qui sera résistant, un bon isolant thermique et phonique et résistants aux insectes . L’objectif du projet est de mener à bien une étude de faisabilité de panneaux de fibres et de particules à base d’algues sargasses, de fibres de végétaux et de bois recyclés. En cas de réussite des essais, une société produisant des panneaux de fibres d’algues sera créée. Son budget prévisionnel produisant 30 000 mètres cube de panneaux a été réalisé. Une vingtaine d’emploi seront créées et 13500 tonnes de sargasses sèches seront valorisées (le budget prévisionnel de la société peut être fourni). Les applications de ces panneaux sont multiples comme la fabrication de palettes, de meubles, d’isolation, de construction, emballages etc. Cette usine pourra ainsi relancer une économie locale de meubles et augmenter les échanges avec les autres iles de la Caraïbe avec l’importation de panneaux pour la construction et de meubles à base d’algues et de bois locaux recyclés. Ceci aura pour effet indirect la création d’emplois dans ces secteurs. il serait intéressant dans l'étude d'essayer d'intégrer de recycler des déchets de bois résineux et de bois durs locaux comme le fruit à pain, manguier, le poirier, bambou, bois carré, mahogany etc.