La Réunion

Projet d'application permettant aux femmes possédant un smartphone d'avertir qu'elles sont en danger.

Lien social

Slogan

GRACE A SON SMARTPHONE, UNE FEMME NE S SENTIRA PLUS JAMAIS SEULE FACE AU DANGER DÉSORMAIS !

Les médias locaux nous ont fait par de la situation de la Femme à la Réunion ( le nombre de crimes, de délits commis envers les femmes à la Réunion) . Certes il existe Le-téléphone-grave-danger-mis-en-service-a-La-Réunion-9-juin-2015 mais seul 15 téléphones existaient en 2015 à la Réunion.Or il existe déjà un application sur smartphone androide en espagnol qui permet aux femmes possédant un smartphone d'avertir qu'elles sont en danger... https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/en-direct-du-monde/en-direct-du-monde-au-mexique-une-application-permet-aux-femmes-de-donner-l-alerte-en-cas-d-agression_2237909.htmlCette application baptisée "Je ne suis pas seule" ("No estoy sola") vient d’être lancée dans une ville mexicaine, permettant aux femmes d’alerter leurs proches d’un danger imminent et de signaler leur position géographique.  Il suffit pour cela d’agiter son téléphone ou d’appuyer sur un "bouton de panique" pour envoyer un message d’alerte SMS  à tous les contacts sélectionnés. Les Femmes n'ont pas besoin d’avoir souscrit un plan de données internet pour pouvoir l’utiliser, l’application envoie un simple message texte accompagné d’un lien vers Google Maps. Cette application, développée à Ciudad Juárez aux Mexique, peut être utilisée partout dans le monde, il n’y a pas de restriction d'usage. Pour l'instant, elle est uniquement disponible sur les téléphones qui utilisent le système Android, mais son usage sera prochainement élargi à tous les téléphones.No estoy sola a été téléchargée principalement à Ciudad Juárez, mais aussi dans le reste du Mexique et dans plusieurs pays du monde.Mon projet  serait d'adapter cette application en version francophone/créole réunionnais sous réserve d'obtenir l'accord des créateurs de cette application. Cette application doit faire partie de la panoplie des outils déjà existants pour lutter contre les violences faites aux femmes. Ce n'est pas une panacée. C'est un outil en plus parmi les autres existants.