Plusieurs territoires

OUTREMER MUSICBIZ

Culture

Slogan

Ne soyons plus seulement spectacteurs des autres musiques et construisons une économie pour la musique de l'outre-mer. Nos artistes méritent leur place sur la scène nationale et internationale.

Plus de 30 ans après les grands succès de Kassav, Francky Vincent, Malavoi, Patrick St-Eloi, Edith Lefel, Gilles Floro, qui en plus d'être des piliers incontestés de la musique aux Antilles ont fait danser la France entière ont fait rayonner les Antilles et la France dans le monde entier, le constat n'a jamais été aussi alarmant pour la musique de l'outre-mer. Quasiment aucune diffusion dans les radios et télévisions nationales, peu de diffusions sur les radios et télévisions thématiques (France Ô, Trace Urban, Tropiques FM, etc.), aucune présence des têtes d'affiche dans les médias nationaux, aucune émission dédiée, très peu de programmations dans les festivals, quasiment aucun artiste signé en maison de disques, très peu de français originaires des Antilles dans l'industrie musicale, aucune présence des professionnels de la musique de l'outre-mer dans les évènements de la filière à Paris et en régions, aucun indicateur du poids économique du secteur dans les territoires d'outre-mer, aucune étude de l'économie du secteur, et les manquements sont si nombreux qu'ils pourraient continuer inlassablement.Sans une vraie économie, avec très peu de professionnels et sans véritable réseau, la musique de l'outre-mer s'essouffle d'année en année depuis 10 ans au point d'être vouée à disparaître. Le sursaut est possible à condition d'une véritable ambition économique soutenue par une volonté politique. La productivité des artistes, leur créativité, et leur popularité auprès des français sont pourtant en plein essor. Les opportunités n'ont jamais été aussi nombreuses avec le retour de la croissance du marché de la musique enregistrée, l'accès au public permis par les plateformes de streaming, l'appétence des français pour les concerts et festivals, l'intérêt des pouvoirs publics pour la diversité des musiques et surtout la création à venir d'un Centre National de la Musique censé prendre en compte toutes les régions y compris l'outre-mer.Le projet de créer une filière de la musique de l'outre vient précisément répondre aux besoins des professionnels et des artistes, à l'absence de solutions des pouvoirs publics, et aux problématiques du secteur à l'épreuve de combler son retard sur l'industrie musicale.La création d’une filière musicale de l’outre-mer est indispensable à la pérennité de l’activité des créateurs (auteurs, compositeurs, interprètes, musiciens) et des professionnels (producteurs, éditeurs, distributeurs, attachés de presse, etc.) et à son intégration dans l'industrie musicale. Cette première étape de la mise en place d’une véritable économie de la musique est essentielle tant pour la viabilité de toutes les musiques que pour le rayonnement des territoires de l’outre-mer à l’échelle nationale et internationale. Le projet consiste de prime abord en la réalisation d’un état des lieux complet des atouts et des entraves dans le secteur (indicateurs économiques, place dans le paysage musical français, problématiques, enjeux), sous la forme d’un rapport concis, qui précisera aussi les priorités et orientations essentielles à son développement. Le déploiement de la stratégie définie en concertation avec les professionnels, partenaires et pouvoirs publics commencera avec les initiatives et actions définies dans le rapport.OUTREMER MUSICBIZ est un projet porté par Jason Moreau, Président de MORE INVENT, entreprise de prestation de services aux professionnels et décideurs dans les industries de la culture. L'activité de MORE INVENT est scindée en deux pôles, l'édition d'offres d'information avec le média CULTUREBIZ, lu par les décideurs et professionnels de la musique, du spectacle, du cinéma et de la télévision et VOD, mais aussi de rapports et études, et le management avec l'agence WORKINTALENTS.La première étape du projet étant le rapport "L'économie de la musique en outre-mer", la participation au concours se fait par le biais de la société MORE INVENT, en charge de la réalisation et de la production du rapport, et ce dans un souci de régularité dans l'utilisation des fonds. La création d'une structure incarnant la mise en place d'une filière de la musique de l'outre-mer, indépendante de la société MORE INVENT, mais portée par Jason Moreau, interviendra dès le bouclage du rapport prévu d'ici septembre 2018.Le projet OUTREMER MUSICBIZ couvre la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane, qui ont toutes les problématiques précitées en commun, ces trois territoires étant très proches d'un point de vue culturel, démographique et géographique et composant en France une seule communauté sur le plan social et culturel, celle des Antillais. La Réunion, un peu plus avancée en la matière et avec ses spécificités, pourra être intégrée dans un second temps. L'objectif du projet est qu'il soit progressivement étendu à tous les territoires d'outre-mer. A court terme, dès les premiers résultats, le projet OUTREMER MUSIC BIZ pourrait être dupliqué dans les autres secteurs de la culture.