Martinique

L'art de nou même

Culture

Slogan

Piti couter grand, grand couter piti !

Contexte et identification des besoinsLe quartier de Trenelle-Citron, de la ville de Fort-de-France, concentre les difficultés sociales et urbaines typiques des quartiers politique de la ville, telles que : chômage, précarité, logements dégradés..... Bien que depuis 2001 un Grand projet  de ville ait été lancé afin de mettre en place des solutions adaptés au territoire, notamment sur le traitement de l’habitat ancien dégradé, plusieurs défis restent à révéler:- une concentration de population en difficulté et une perte démographique- rénovation urbaine à poursuivre - un chômage très élevé notamment chez les jeunes, 60%, et  des niveaux scolaire et de qualification très bas- un vieillissement important de la population qui oblige à prendre en compte leur isolement et la précarisation, notamment dans les quartiers prioritaires, dont Trenelle-Citron - épisodes de délinquances en augmentation, notamment chez les jeunesFace à cette situation, le projet « L’art de nou même » ce veut une réponse pertinente afin de contribuer à l’amélioration du cadre de vie des habitants du quartier Trenelle-Citron.  Plus précisément, la conduite du projet met, d’une part, les jeunes en situation de créativité, d’échange, de création de richesse sociale et culturelle en contribuant ainsi à leur reconnaissance sociale ; d’autre part renforce le lien intergénérationnel en créant un espace d'échange basé sur une pluralité des visions, la réappropriation par les habitants des espaces publics et le mieux vivre ensemble. De plus, la mise en avant visible des ressources dont les jeunes sont porteurs apporte une nouvelle vision,  à l’opposé des stéréotypes dominants qui imprègnent la société (violence, mal-être, fatalisme, désengagement) et réduit l’écart avec leurs aînés. Cette expérience d’engagement est un moyen de prendre en compte les compétences acquises par les jeunes en dehors des circuits institutionnels habituels, de leur permettre de se (re)construire une image positive.Pour finir, permettre à tous d’accéder et de participer réellement aux activités culturelles est une dimension essentielle de la promotion d’une société inclusiveObjectifs:-Promouvoir et valoriser les pratiques culturelles auprès d’un public qui en est éloigné-Accompagner jeunes et seniors pour les aider à sortir d'une situation d'isolement et/ou d'inactivité et stimuler des centres d'intérêts communs-Faciliter et renforcer le lien intergénérationnel et interculturel par le "Faire ensemble" à travers la création et la réalisation d'une œuvre artistique valorisant le cadre de vie-Favoriser la participation active, l'esprit d'initiative et la confiance en soi-Travailler sur l'image du quartier en instaurant un espace d'échange et en mettant en avant la pluralité des visions-Favoriser la réappropriation par les habitants des espaces publics de leur quotidien et de leur environnement et promouvoir la citoyenneté active.-Faire revivre des histoires d’antant lontan et permettre la transmission des savoirs intergénérationnelMise en oeuvre : 1° phase Concertation et construction du projet de réalisation collective d'une œuvre d’art murale avec: - l’équipe  pédagogique DA&DA - les équipes d'animation des partenaires associés- 1 artiste art mural issu de l’école Beaux Arts - le public concerné par l'action (jeunes et aînés) 2° phase: Rencontres intergénérationnelles et identification des espaces - cycle de réunions, «Trenelle-Citron: les anecdotes et les personnages d’antan lontan»  (3) entre les aînés et les jeunes du quartier afin de découvrir les histoires et les habitants qui ont caractérisé le quartier dans les derniers 50 ans - identification des murs où réaliser le/les fresques 3° phase: Réalisation de la fresque, évaluation et suivi - identification et élaboration des thématiques transposables picturalement dans la technique d’art mural - initiation à la technique du graff, apprentissage du processus d’écriture (lettrage) aux techniques de dessins - réalisation, en sous groupes mixtes jeunes/seniors suivant la technique choisie - présentation en présence des autorités publiques, habitants, acteurs locaux et media- évaluation et suites du projet •    Enregistrement puis montage par un vidéaste bénévole des étapes du projetGroupes cibles et zone d'interventionPublics cibles directs : Jeunes (16-30 ans) et personne âgées  résidant dans les zones urbaines prioritaires de la politique de la ville de Fort de France (quartier Trenelle- Citron) et qui font face à plusieurs obstacles sociaux, économiques, géographiques et éducatifs, isolement; très éloignés de la cultureDeux publics cibles indirects : Travailleurs de jeunesse, sociaux, responsables associatifs engagés dans l'accompagnement des jeunes en précarité et  des personnes âgées isolées  Acteurs institutionnels et privés intervenant dans le domaine de la jeunesse, de la culture et de la cohésion social / cadre de vieUne attention particulière sera attribuée à la parité homme/femme dans les activités tout au long du projetEquipe Pédagogique Ateliers initiation art mural - Steeven Caupenne, connu également comme Socab,  est jeune artiste martiniquais de 21 ans.  Après ses études d'art au campus Caribéen des Arts, Steeven  approfondi la pratique de l’art mural. Son talent, lui permet d'être invité au 7eme  Festival du Graffiti, tenu en Guadeloupe en 2017 et d’y exposer  au pavillon  de la ville de Point à Pitre. Il participe également à l'exposition collective martiniquaise tenue au Tropiques Atrium. Jeune artiste engagé, il participe au programme de volontariat européen SVE, à Lefkada, en Grèce, où il met en place des ateliers d’initiation pour les enfants. Socab explore le concept  de la trace  et même s'il produit également beaucoup de tableaux, son medium principal reste le mur.Coordination Lavinia Ruscigni, est un travailleur de jeunesse expérimenté sur les questions touchant les publics ciblés vulnérables (notamment les jeunes filles, les jeunes et les migrants) en situation d'exclusion sociale. Actuellement chargée de mission au sein de DA&DA, elle est amenée à promouvoir la mobilité éducative et l’engagement solidaire;  une autre partie deson travail consiste à accompagner le public cible dans la définition de leur parcours professionnel..Communication et montage vidéo Emilie Albert (profil artistique) est diplômée des Beaux Arts et de l'Ecole des Arts Décoratifs avec une spécialisation en scénographie urbaine. Depuis ses débuts en école d'arts, elle est passionnée par l'espace public qu'elle interroge par de micro-interventions artistiques. Présidente de l’association DA&DA elle est  responsable la communication et des relations presse. Stratégie de communication Publics cibles directs :-jeunes et seniors-associations, groupements/collectifs-institutions et mediaEn amont (recrutement des participants):-communiqués de presse (France-Antilles, Martinique 1ère, ATV)-réseaux sociaux : Facebook (profils et pages des partenaires, groupes privés, messages personnalisés), Instagram (des partenaires, visuels), Twitter (des partenaires, visuels), Whats'App (envoi des visuels aux numéros connus des jeunes accompagnés par les partenaires)-affiches collées dans le quartier-newsletter et Mailing (membres des partenaires, élus et institutionnels)Pendant (réalisation de la fresque) :-communiqués de presse et invitation des principaux médias (Martinique 1ère, ATV, France-Antilles, RCI) et autorités locales-Whats'App (invitation des membres des partenaires)-Réalisation d'un reportage sur l'événement-Diffusion en direct sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Youtube) des partenaires de l’avancer du projetAprès :-Newsletter de chacun des partenairesDiffusion du reportage vidéo sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Pérennité et suite éventuelles du projet La pérennité du projet repose sur la participation des partenaires et publics cibles, associés à toutes les phases de réalisation du projet, en développent ainsi un sentiment d’appropriation, indispensable pour la bonne réussite du projet. « L’art de nous même » pourra être transféré (amélioré et adapté) dans un premier temps dans d’autre quartiers politique de la ville de Fort de France (Ravine Bouillé, Terre Sainville, Rive droite, Texaco, Berges de Briand, Pont de chaînes, Sainte Thérèse, Bon Air, Volga Plage, Hauts de Dillon) et par la suite dans d’autre communes de l’île. De plus, une de suite possible envisagés est l’organisation d’un événement interrégional  autour des cultures urbaines (en partenariat avec l’association  guadeloupéenne Gwa Label)