Plusieurs territoires

Et de mon cœur coule une rivière de larmes sèches

Culture

Slogan

C'est un projet où le public sera entièrement partie prenante. Il est innovant parce que le public pourra inter-réagir avec les comédiens " les applaudir, les siffler selon leur personnages", taper dans ses mains sur les Chants d'esclaves Gwo ka, les danses. Ils ne sera pas un public qui subit un spectacle, mais qui vit un spectacle.

Spectacle pour les 170 ans de l'abolition de l'esclavage : 1848-2018. Voici le résumé : "ET DE MON COEUR COULE UNE RIVIERE DE LARMES SECHES" En 2018, « Le Narrateur » comme dans une tragédie Grec, remonte le temps jusqu’en 1653 pour raconter tel un griot l’histoire de ses ancêtres. Grace aux esprits et aux survivants, il se souvient alors de tous les ancêtres qui ont fait de lui l’être qu’il est devenu. Il raconte ses propres origines qui sont celles aussi de la plus part des descendants de la diaspora Antillaise. L’origine des origines. L’Afrique des comptoirs du Dahomey qui deviendra plus tard le Bénin et l’île de Gorée au Sénégal d’où partaient les esclaves. La Bretagne, la Normandie, l’Alsace, l’Inde, les peuples Amérindiens. Dans la trame de cette pièce de théâtre où la musique traditionnelle des temps longtemps est omniprésente, on entend le Gwo Ka résonner, et on voit danser le quadrille qui permettait de survivre à la servitude qui était imposée. On retrouve tous les traits de caractères que la nature a affublée à la nature humaine. La cupidité, l’égoïsme, le courage, la méchanceté, l’amour, la haine, le racisme, l’entraide, la mesquinerie, la barbarie, la dissidence, la résilience qui permet de plier mais de ne jamais rompre.Ce sera un spectacle tout publics qui concernera une grande partit de ceux de toutes origines qui ont fair la France. Il racontera l'histoire des familles originaires des DOM-TOM et de leur disparité. Ce projet concernera tous les jeunes, car ils apprendront des choses, des ressenties qu'ils n'ont pas étudié à l'école... Donc il concernera aussi bien le ministère des DOM-TOM, le ministère de la culture, l'éducation nationale, et même les armées, car il parle aussi des dissidents Antillais qui ont combattus aux côtés de la France en 39-45. Le ministère des sports où de nombreux Antillais et Antillaises ont rapportés des médailles pour la France.