Plusieurs territoires

Éloge créole

Culture

Slogan

«Évoquer une culture ne signifie pas succinctement de lui attribuer une terre, un peuple et des rites qui pourraient en faire sa spécificité. C’est aussi lui restituer sa mémoire et d’attester sa capacité à se réinventer, à tisser avec un présent pluriel, où chacun peut être soi avec ses qualités et ses défauts.»

Éloge créole, images de référenceÉloge créole, le projetÉloge créole est un projet de revalorisation de l’histoire et de la culture créole par le design dont les premières fleurs ont vu le jour il y a maintenant trois ans. Il s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion menée par Dimitri Zephir, dans le cadre de l’écriture de son mémoire de fin d’études, intitulé “Les mailles fertiles d’un créole”, en juin 2015.Composé de plusieurs chapitres, ce projet a déjà été en partie réalisé : un premier chapitre “pilote” nous a amené à réaliser trois objets liés à l'héritage de la Guadeloupe, et ainsi a permis de prendre conscience des potentialités de l'île et de sa culture. Le chapitre 2 - lauréat du programme “création en cours” - s’écrit actuellement sur l’île de la Martinique. Sa vocation est double : un projet de recherche et de création personnel aboutissant à une série d’objets et une série d’ateliers - en relation avec la recherche - avec 18 enfants scolarisés à l’école Michèle Gisquet du Vauclin. Le troisième chapitre Îles-soeurs sera donc consacré à une discussion entre la Guadeloupe et la Martinique. A travers la création d’objets revalorisant les ressources et traditions locales de la Guadeloupe et de la Martinique - matériaux, techniques, typologies, scènes de vie -, d’une édition d’archives, et d’un film, ce chapitre se conclura par une retransmission au public grâce à une exposition itinérante (Guadeloupe, Martinique, Métropole, Pays Bas).                        Construite « à partir de restes » pour reprendre les termes du poète et écrivain Ernest Pépin, la culture créole a longtemps souffert d’une infirmation, due à son passé esclavagiste présenté comme un héritage « imposé » et à l’origine de sa création. Sa diversité et sa richesse ont donc peu été reconnues comme des forces vectorielles, participant à l’édification d’une culture à part entière. Ainsi, sa transmission comme son historicité n’a été peu (voire pas) cartographiée pour être apprise, comprise, et in fine, assumée.Dans le cadre de cette recherche, nous proposons de générer un nouvel imaginaire à cette histoire culturelle en utilisant ces « restes » qui la constituent comme de véritables forces vectorielles, capables de construire et scénographier une identité propre et forte à l’île, dont chacun pourrait s’emparer.Par cette démarche de design, nécessaire car presque inexistante aux Antilles, nous tentons de répondre à ces questions : Qu’est ce que le design doit apprendre de la culture ? Qu’est ce que le design peut apporter à la culture ? Comment le design peut-il être un vecteur de transmission de l’histoire des Antilles - et plus spécifiquement des Antilles françaises marquées par l’esclavage colonial ?A travers le projet Éloge créole, nous nous glissons simultanément dans la peau de l’archéologue, de l’historien et de l’écrivain-poète pour arriver à celle du designer. Nous convoquons ce concept de « restes » dans la chaîne de création d’objets, puisant dans les ressources historique, locales et territoriales de ces îles. La mise en lumière de ces richesses est une façon d’attester l’antériorité et l’historicité de la culture créole, plus que jamais vivante et inspirante. En constant devenir.Par la création d’objets témoins revalorisant les ressources et traditions locales de la Guadeloupe et de la Martinique - matériaux, techniques, typologies, scènes de vie - et d’une édition d’archives, d’histoires et de discussions, le chapitre 3 - Îles soeurs du projet Éloge créole permet de mettre en lumière les liens poreux entre les deux îles, et l’héritage commun qu’elles proposent au monde. Ce processus de valorisation par la narration souligne le caractère naturellement polysémique à l’origine de ces îles, rappelant la beauté de chaque fragment qui la compose, mais aussi celle du récit qui les réunit.Ces objets témoins, enrichis d’archives iconographiques et textuelles, permet de mieux comprendre les richesses de cette culture créole, ses spécificités et sa singularité dans le paysage contemporain, et dont la portée symbolique, la complexité, l’hybridité et la créativité témoignent d’une richesse à part entière, qui doit être, aujourd’hui, (re)connue, (re)transmise et actualisée au regard du contexte contemporain dans lequel nous évoluons. Elle permet ainsi de lui construire une identité propre et forte, à ériger fièrement, à s’emparer et à transmettre.suites envisagéesLes objets issues de ce projet ont pour vocation d'être dans un premier temps exposés. Ils pourront ensuite intégrer des circuits de distribution dit classiques (boutiques de musées et écomusées, offices de tourisme, boutiques d'aéroport, maisons d’édition). Notre offre permettra ainsi de viser une clientèle se tournant vers haut de gamme, segment quasiment inexistant sur le secteur du tourisme aux Antilles en terme d’”objets souvenirs”. Si ce projet se veut avant tout une mise en valeur de l’héritage des Antilles française, il a aussi pour but de générer un nouveau type d’économie autour de ses savoir-faire locaux, tout en valorisant les artisans / artistes derrières la fabrication de ces objets.iconographiesÉloge créole, chapitre 1