Martinique

Développement de la pêche et de la construction navale : construction d’un prototype de voilier de pêche pélagique de 16 m

Production économique

Slogan

2018 : 15 emplois. 2021 : 85 emplois. 2030 : 400 emplois.

Développement de la construction navale et de la pêche en Martinique dans le cadre de la transition énergétiqueConstruction d’un prototype de voilier de pêche pélagique de 16 mCe projet est fondé sur l’analyse suivante :1- Effondrement des l’approvisionnements :  - La production des 3 pêcheries martiniquaises s’est effondrée en passant de 3 300 tonnes  en 1988  à  1000 tonnes en 2016. - Les importations  de poissons frais depuis 2004 sont devenues  marginales, de plus les importations de produits congelés ont baissé fortement en tonnage depuis 2008, avec des prix CAF  par kilo qui explosent.2- Les atouts d’une pêcherie innovante martiniquaise :- un marché mal approvisionné avec des prix CAF en fortes hausses.- des  zones de pêches : les 3 ZEE Martinique, Guadeloupe, Guyane et hors des ZEE.- des espèces cibles : les pélagiques au large et les vivaneaux de Guyane.- des marins qualifiés pour la pêche au large, en attente d’embarquement.- des énergies renouvelables pour nos bateaux : vent et soleil qui permettent de s’affranchir des énergies carbonées en divisant par 15 les quantités de gasoil par kilo de poisson. Cette seule économie assure la rentabilité du projet face aux produits importés.3-  Propositions :- construire  en 2018, en Martinique, pour 750 000 €, un prototype de voiliers de pêche pélagique de 16 m, économe en gasoil. Tester ce voilier prototype un an en pêche pélagique expérimentale dans un rayon de 500 milles autour de la Martinique, lors de marées de 3 à 15 jours.- après modifications et améliorations du prototype,  généraliser et proposer le concept  à tous les pays de la zone inter tropicale. En particulier en Martinique  où nous avons besoins de 30 voiliers pélagiques de 16 m et 10 voiliers de 22 m pour la capture aux casiers de vivaneaux de Guyane et ainsi être capable de produire 50 % de nos besoins en  « produits de la mer ».4- Les effets économiques du projet en Martinique A l’horizon 2021 construire et mettre en pêche : - 7 navires innovants de 16 m pour la pêche pélagique. 1ère catégorie. - 2 navires innovants de 22 m pour la pêche aux vivaneaux. 1ère catégorie. - 70 emplois embarqués. - 460 tonnes de poissons. - Ca :  4 M € en valeur finale. - 5 M €  d’investissements. - 2 M€ de salaires bruts par an. - 2,3 M€ d’économie d’importations  de poissons par an. - 0,9 M€ d’économie de gasoil par an. 1 millions de litres de gasoil économisés. A l’horizon 2030  avoir 40 navires innovants en pêche dont: - 30 navires pélagiques de 16 m, 1ère catégorie. - 10 caseyeurs de 22 m, 1ère catégorie. - 350 emplois  pour la pêche, la maintenance, la vente. - 2400 tonnes de poissons capturés par an. - CA 23 M€  en valeur finale par an. - 30 M€ d’investissements globalement - 12 M€ de salaires bruts par an - 12 M€ d’économie d’importations  de poissons par an. - 3 M€ d’économie de gasoil par an.