Lauréat du concours

Saint-Pierre-et-Miquelon

Coopérative Maritime Saint-Pierre-et-Miquelon

Production économique

Saint-Pierre et Miquelon, territoire historique de la pêche Française.I. Notre projetL’envie de créer une coopérative de pêche maritime sur Saint-Pierre et Miquelon prouve s’il est encore besoin que la pêche artisanale a toujours su faire face aux coups durs de son secteur.Conscients que l’adaptation est la clé de la réussite pour leurs métiers, les armateurs artisans et leurs équipages ont toujours cherchés des solutions innovantes. Après le succès de la diversification des types de métiers et donc des espèces halieutiques ciblées (crabe des neiges, homard, concombre de mer, flétan blanc, Saint-Jacques, pétoncle, anon, Calmar…) à cause de l’effondrement du stock de morue et la création d’une organisation professionnelle pour défendre leurs intérêts, les pêcheurs artisans reste dans cette dynamique d’adaptation en inscrivant aujourd’hui la construction d’une coopérative maritime.Les buts de cette coopérative sont multiples :Une débarque localeAujourd’hui, la quantité de produits de la mer débarqués et donc la création de richesses qui en résulte sur l’archipel est grandement optimisable !Une meilleure valorisation des produits fraisA l’heure de la mondialisation et des accords internationaux de libre échange, il n’est plus concevable que les tonnages d’espèces à forte valeur ajoutée ne soient pas valorisés de manière maximale par les détenteurs de l’accès aux ressources.La mutualisation des équipementsLa prise de conscience collective des armateurs au sujet de prestations et des services que peut rendre une coopérative localement s’impose. L’accès pour chaque entreprise à des services d’avitaillement et d’équipements communs tels qu’un approvisionnement en appâts et en glace ou la mise à disposition d’un espace de stockage de produits congelés sont dorénavant indispensables.La fédération économique de leurs armementsL’essor économique de la pêche artisanale et son accès aux marchés locaux et internationaux ne pourront être réalisés que par la fédération des acteurs de la filière artisanale.La filière artisanale prendra appui sur la Coopération Maritime qui compte six branches d’activités et regroupe 150 structures en France et en Outre Mer pour son développement.Une voie économique ET socialeLa présence d’un nouvel acteur crée par les producteurs, permettra une manne financière dont les bénéfices seront redistribués à ces derniers de manière égalitaire.Il est judicieux de penser que cette redistribution provoquera une motivation à pêcher la totalité des quotas alloués pour toutes les espèces.L’avantage majeur d’une entreprise de type coopérative réside tout autant dans le fait que chaque décision est validée par le conseil d’administration, équitablement selon le principe : une personne = une voix.Une voix politiqueLa création d’une coopérative de pêche donnera la possibilité aux pouvoir publics de dialoguer avec un nouvel acteur du territoire lors des instances de concertations que sont le Comité Technique Pêche, le COmité de PILotage Pêche, le CCFC, l’ICCAT…II. Les Assises de l’Outre-merPourquoi notre projet mérite-t-il de gagner ?Parce que même si nous ne sommes pas lauréats, ce projet verra le jour. Nous considérons qu’il est aujourd’hui impensable que notre territoire reste dans l’anonymat alors que notre secteur halieutique a tant à offrir.La création d’une coopérative de pêche artisanale c’est :un projet contribuant à une gestion durable de la biodiversité et de l’environnementun projet contribuant au rayonnement de « SPM » par la création d’un label pour nos produitsun projet contribuant au développement des moyens de production de nos PME de pêcheun projet contribuant à renforcer la proximité entre tous les acteurs de la filière de la merPour toutes ces raisons notre association 1901, l’Organisation Professionnelle des Artisans Pêcheurs de Saint-Pierre et Miquelon, est fière de soumettre aux assises des Outre-Mer ce projet ambitieux.

Lauréat du concours