Guadeloupe

CHROMATOMAT : Autovérification des taux de chlordécone dans tes aliments et ton eau.

Production économique

Slogan

La science chlordécone se libère de la politique.

Force est de constater que le public Antillais est mécontent du statu quo du dossier chlordécone. Nous pouvons résumer la grogne sociale par un manque de confiance dans les résultats concrets obtenus dans ce dossier jusqu’à présent par l’état. Le problème est grave car ils ne perçoivent quasiment aucun progrès au terme d’une génération. Pourquoi le taux de cancer de la prostate augmente-t’il ? Pourquoi ce nourrisson naquit-il d’un accouchement prématuré ? Le public peut se poser ce genre de question. Les réponses sont plutôt difficiles.Le public peut ne pas distinguer entre la technocratie et la science. Or, la fondation de l’état du 21er siècle est la quasi-identité entre la technocratie et la science. Il faut à tout prix rétablir la fondation avant que l’état ne s’écroule.La science dépend de confirmations indépendantes de données expérimentales. Or, avec le problème de la chlordécone en Guadeloupe et Martinique, c’est ce que l’état oublie : tous les travaux faits jusqu'à présent dépendent, en fin de compte, de l’état. En lisant des documents comme Plan d'action chlordécone en Martinique et en Guadeloupe 2008-2010, émis avec la participation de six ministères, deux secrétariats d'état, deux préfectures et 15 établissements publics, la présence de la politique laisse fleurir des doutes.C’est dans ce champ que le projet CHROMATOMAT se pose : implanter la science chlordécone dans la population des jeunes Guadeloupéens nécessite une visibilité importante au quotidien. Les jeunes veulent contribuer à réduire l’impact chlordécone, mais comment ? Un lien est imaginé entre les 'Fotomat' américains des années après-guerre, ou le procès photographique fut démocratisé, voir https://en.wikipedia.org/wiki/FotomatNous proposons le suivant :1.     Achat et rapatriement d’un chromatographe exemplaire dans le marché d’occasion.2.     Découverte d’un emplacement pour abriter le chromatographe (ex pharmacie, autre local commercial)3.     Formation d’un ou une jeune jusqu’à la maîtrise du chromatographe4.     Ouverture du premier marché chromatographique CHROMATOMAT  Est prévu dans le cadre du projet CHROMATOMAT la formation du jeune chromatographiste et la location d'un commerce où il/elle exercera son métier pendant six mois. Les services du jeune chromatographiste dans un premier temps seront gratuits, car il/elle sera payé par les fonds des Assises. Plus tard, après une légère augmentation des prix chromatographe, il/elle sera rémunéré par les revenus du CHROMATOMAT.